Glossaire Ultime de l'Investisseur Impactant

Par BOUTAIBA

Salam les investisseurs impactant,  

Découvrez l’ensemble des termes et définitions que tout investisseur impactant doit connaître : 

Al-Mal: Quelque chose qui peut être stocké ou sécurisé pour être utilisé au moment où l’on en a besoin. Il y a trois attributs de al-mal : il doit avoir une certaine valeur, il doit être une chose dont le bénéfice est autorisé par la loi islamique et il doit être possédé.

Charia (Voie, chemin) : Ce terme fait allusion au chemin droit, à la voie que suit le croyant sur le chemin de l’Islam. Il désigne par extension, l’ensemble des préceptes religieux musulmans (qui sont exposés dans les énoncés normatifs des sources) qui répondent à des objectifs et finalités de cette voie universelle, et auxquels doit se conformer le croyant.

Comité de conformité éthique (Shariah Board) : Comité consultatif composé de jurisconsultes qui se prononcent sur la conformité au droit musulman des produits financiers proposés et veillent au respect par la banque de l’éthique islamique.

Fatwa : Consultation juridique donnée par une autorité religieuse, décision ou décret qui en résulte.

 Fiqh : Jurisprudence islamique. Science de la Charia.

Gharar (Incertitude) : L’une des trois interdictions fondamentales en finance islamique (avec le Riba et le Maysir). Le Gharar est issue incertaine causée par des conditions ambiguës liées aux contrats à échange différés.

Hadith (conversation ou récit) : Un hadith désigne les actes et les paroles du prophète Mohammad (paix et bénédictions de Dieu sur lui), qui furent d’abord rapportés oralement par une chaîne ininterrompue de transmetteurs, puis rassemblés et consignés dans des recueils. Les hadiths sont une source de règles et d’enseignements pour le musulman. Ils viennent compléter et préciser le sens du message coranique.

Halal : Tout ce qui est licite au regard du droit musulman.

Haram (illégal) : Renvoie aux activités, professions, contrats et transactions qui sont explicitement prohibés par le Coran ou la Sunna.

Hukum (Décision) :  Il existe cinq catégories : obligatoire (wajib/fard), recommandé (mustahabb), neutre/permissible (mubah), répréhensible (makruh) ou interdite (haram).

Ijara : Contrat de crédit-bail aux termes duquel la banque achète un bien pour un client puis le loue en crédit-bail pour une période déterminée.

Ijara wa iktina (Location avec option d’achat ou LOA): Similaire à l’Ijara, à cette différence près que le client a la possibilité d’acheter le bien à la fin du contrat.

Ijma : Consensus de savants (oulémas) ; l’ijma est une des sources du droit musulman.

Ijtihad : Interprétation faite par un expert de la jurisprudence islamique, notamment un érudit siégeant au conseil de conformité éthique d’une institution financière islamique, concernant la manière dont le droit musulman doit être appliqué dans des circonstances nouvelles. Ceci s’appliquerait, par exemple, à l’examen des formes d’activités qui ne sont pas autorisées sur des marchés financiers modernes complexes. Cette interprétation suppose l’examen de l’enseignement du Coran et du Hadith, ainsi que l’étude du fiqh. Cependant, les anciennes fatwa ne sont pas nécessairement adaptées aux nouvelles réalités.

Maysir (jeux de hasard): L’une des trois interdictions fondamentales en finance islamique (avec la Riba et le Gharar). L’interdiction du Maysir sert souvent de fondement aux critiques des pratiques financières classiques telles que la spéculation, l’assurance traditionnelle et les produits dérivés.

Mudaraba (partenariat d’investissement): Technique de financement utilisée par les banques islamiques.  Il s’agit d’un partenariat d’investissement où la banque joue le rôle de l’investisseur (Rab el Mal), en s’engageant à financer intégralement le projet. En contrepartie, l’entrepreneur (Moudarib) doit assurer la gestion du projet. Les bénéfices sont partagés selon une clé de répartition fixée au préalable et les pertes éventuelles sont supportées par l’investisseur.

Murabaha : Forme de crédit qui permet au client d’effectuer un achat sans avoir à contracter un emprunt portant intérêt. La banque achète un bien puis le vend au client en différé.

Musharaka : Partenariat d’investissement dans lequel les conditions de partage des profits sont prédéfinies et les pertes sont proportionnelles au montant investi ; C’est une forme de capital-investissement.

Nissâb : Il s’agit de l’épargne minimale au-delà de laquelle l’acquittement de la Zakat est obligatoire. Elle est indexé sur le cours de l’or ou de l’argent. Si la majorité des écoles se base sur le cours de l’or pour déterminer la valeur du Nissâb, soit l’équivalent de 85 grammes d’or, d’autres se réfèrent au cours de l’argent, soit l’équivalent de 595 grammes d’argent.

Mufti: Jurisconsulte, interprète officiel du droit canonique musulman

Pbsl : Acronyme signifiant “Paix et bénédiction soit sur lui”

 Riba : L’une des trois interdictions fondamentales en finance islamique (avec le Gharar et le Maysir). Littéralement, augmentation ou ajout. Techniquement, toute augmentation ou tout avantage obtenu par le prêteur et constituant une condition du prêt. Tout taux de rendement sans risque ou « garanti » sur un prêt ou un investissement relève de la Riba.

Sukuk (obligations islamiques) :  Certificats d’investissement islamiques ; terme utilisé pour décrire les équivalents des émissions de dette conventionnelles telles que les obligations. Contrairement aux émissions de dette, les détenteurs de sukuk sont les propriétaires légaux et/ou bénéficiaires des actifs sous-jacents, parfois par l’intermédiaire d’un véhicule ad hoc. À ce titre, ils reçoivent l’équivalent d’un coupon lié à la performance de l’actif productif.

Sunna (direction) : Seconde source de législation de l’Islam après le Coran, la Sunna est traduite par certains oulémas comme la voie, la méthodologie et la tradition prophétique. Elle désigne tout ce qui est relaté comme parole, acte, approbation ou comportement inné du prophète Mohamed (pbsl) et qui pourrait servir d’argumentation pour une prescription juridique du droit musulman.

Takaful (assurance islamique) : Prend la forme d’une assurance coopérative avec mise en commun des fonds, selon le principe de l’assistance mutuelle. Dans le système Takaful, les membres sont à la fois assureurs et assurés. L’assurance traditionnelle est interdite dans l’Islam car elle contient plusieurs éléments Haram tels que le Gharar et la Riba. Le takaful s’appuie sur les principes d’entre-aide (ta’awun) et de donation (tabaru)’.

Taqawwum: Possédant une valeur légale

Zakat al Maal (aumône légale) : Il s’agit de l’aumône obligatoire annuelle versée par chaque musulman à hauteur de 2,5% de la somme de sa richesse si celle-ci atteint le seuil imposable (Nissâb*) maintenu pendant au moins une année. Cet «impôt social purificateur» est le 3ème pilier de l’Islam après l’attestation de foi et la prière. Pour le donateur, s’acquitter de cette aumône est un remerciement et une reconnaissance des bienfaits qui lui sont accordés. Pour le bénéficiaire, c’est un droit que Dieu a institué pour réduire les inégalités et favoriser le partage et la solidarité.

Voilà, je viens de vous présenter les bases des termes à connaître pour les investisseurs impactant – il y a encore beaucoup à dire alors n’hésitez pas à vous abonner si ce n’est pas encore fait.

 Si cet article vous a plu ou avez des questions, laisser moi un commentaire. 

 À bientôt les investisseurs impactant !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments