Comment savoir si le bitcoin est halal en islam ?

Par BOUTAIBA

Depuis ces dernières années et encore plus depuis ces derniers mois ont ne fait que d’en entendre parler. Tu l’as deviné, enfin surtout le titre de l’article t’as bien aidé c’est bien le bitcoin. 

Eh oui, son prix bat des records encore jamais atteint, de grandes entreprises, institutions financières et même des pays ont rejoint la vague et plus rien n’arrête l’émergence de cette nouvelle technologie dans notre vie courante. 

Alors le bitcoin, c’est quoi ? Comment l’acheter ? halal ou haram ? Et bien pas forcément, mais t’en fait pas c’est ce qu’on va voir dans cet article. 

On ne va bien sûr pas se concentrer seulement sur le bitcoin mais sur l’ensemble de l’écosystème crypto, toutes les formes d’investissement existant et surtout l’impact sur cette technologie et l’influence que ça a aujourd’hui dans notre monde. 

Alors n’hésite pas à lire jusqu’au bout pour en apprendre un maximum. Et surtout, abonne-toi, et si tu as des questions n’hésite pas à me laisser un commentaire. 

C’est parti ! 

Salam les investisseurs impactant, 

Alors c’est quoi un bitcoin ?

Pour comprendre le bitcoin comme toutes les autres crypto-monnaies il faut déjà en comprendre la technologie qui repose dessus qu’on appelle la blockchain. 

Blockchain 

La blockchain a été créée en 2009 par Satoshi Nakamoto, on ne sait pas si c’est une personne ou un groupe de personne d’ailleurs. Mais ce qu’on sait c’est que Satoshi Nakamoto détient 1 millions de Bitcoin sur les 21 millions qui est la limite du nombre de Bitcoin pouvant être créé.  

Le but de la blockchain est de stocker des données numérique de manière sécurisée, infalsifiable, distribuée et décentralisée. Et c’est de manière distribuée et décentralisée, c’est-à-dire sans intermédiaire qui sont les points à retenir dans la suite de cet article.  

Car pour ce qui est du numérique, on sait déjà que 92% des monnaies dans le monde le sont déjà donc rien de nouveau et aussi, à noter pour justifier la valeur des monnaies actuelles il est primordial pour les instances gouvernementales et les banques de s’assurer qu’elle soit infalsifiable et sécurisée. 

A l’inverse des bases de données plus traditionnelles, la blockchain est distribuée

C’est-à-dire par exemple dans le cas du bitcoin qui est une chaîne de  bloc de données, ces informations existent en simultané dans différentes bases de données qu’on peut trouver soit dans des ordinateurs des serveurs ou autres. Et c’est ce qu’on appelle les « nœuds » du réseau.

Entre autres, l’information n’est pas stockée dans un serveur central mais est décentralisée. 

C’est-à-dire que dans chaque nœud participant au réseau de la chaîne de bloc en question figure l’ensemble des informations. Et cela est possible car cette technologie est fondée sur des échanges de pair à pair (P2P) et non via un centre de contrôle comme des chambres de compensation par exemple. 
Et pour s’assurer que la chaîne de bloc soit infalsifiable, et renforcer ainsi la confiance d’utilisation auprès des participants, chaque échange doit être approuvé et vérifié par le réseau afin d’empêcher toute tentative de fraude.

Une fois approuvé, l’ensemble des nœuds est mis à jour sur l’ensemble du réseau. Toutes ces informations enregistrées dans un nœud est généralement accessibles au public et est plus communément appelé un livre journal ou ledger en anglais. 

Alors bien sûr, je ne suis pas rentré dans les aspects techniques du sujet car il est tellement vaste mais juste pour vous donner une idée dans quoi vous investissez. 

"D’ailleurs dites en commentaire si on devrait 
ajouter ou modifier quelque chose 
dans ce que je viens de dire." 

Enfin, et ce qui est encore plus intéressant de savoir c’est que la blockchain n’est pas que pour échanger des crypto-monnaies qu’on appelle aussi “coin” ou “altcoin” mais aussi des tokens. 

On entend quoi par token ? 

Les tokens sont créés en utilisant une blockchain déjà existante. A la différence des crypto-monnaies, les tokens ne sont pas des monnaies digitales mais offrent aux détenteurs le droit de participer à l’activité du projet en question. 

Car oui, avant de dire qu’on investit dans des crypto, tokens ou peu importe, on investit tout comme en bourse dans des projets. Et c’est une notion importante car ne pas savoir dans ce qu’ont investi équivaut à faire preuve d’un niveau d’incertitude majeure (gharar) qui est proscrit en islam. 

Comment savoir dans quoi on investit ?

C’est la où rentre en jeu le whitepaper ou livre blanc en français. 

Whitepaper (livre blanc)

Le livre blanc est un document qui est généralement publié par l’initiateur d’un projet décrivant les objectifs généraux d’un projet et les étapes à suivre pour arriver à ces objectifs. Il y a différents type de livre blanc qui peuvent être plus ou moins détaillés en rentrant en profondeur dans les aspects techniques du projets. 

Et la conformité dans tout ça ? 

Comme dans a peu près tout en islam, il y a des avis divergents sur plusieurs sujets. 

Et bien sûr les crypto-monnaies n’échappent pas à cette règle… 

Les avis des savants divergent sur le sujet. Les débats se concentrent sur le fait de savoir si c’est : 

  1. Un actif digital 
  2. Une monnaie 
  3. Ni l’un ni l’autre

L’un des principes fondamentales en finance islamique est que pour chaque transaction il est obligatoire d’en avoir la possession pour qu’elle soit licite. Mais encore plus, et cette notion est encore plus importante à connaître dans le contexte des crypto-monnaies et que la transaction doit constituer “Al-Mal”.  

Il y a 5 caractéristiques pour qu’une transaction soit considérée Mal. 

  • (1) elle doit avoir une valeur commerciale ;
  • (2) elle doit pouvoir être possédée ;
  • (3) elle doit pouvoir être stockée ;
  • (4) il doit être bénéfique aux yeux de la Charia ; et
  • (5) La propriété de la chose doit être cessible et transférable

En ce sens, si la transaction ne possède pas cette composante, elle est alors interdite. 

Maintenant, est-ce le cas pour une crypto ? 

Si on prend le cas du Bitcoin, on peut tout à fait dire qu’elle a une valeur commerciale, qu’on peut la posséder, la stocker et même la transférer. Et surtout, on ne peut dire que le Bitcoin en tant que technologie tout comme l’euro ou encore l’or le rendrait illicite aux yeux de la charia. 

On pourrait discuter des heures dessus mais je vous ai mis en descriptions toutes les recherches d’où je tire ces conclusions mais aussi l’avis de certains savants qui pensent le contraire (même si ces avis contraires sont considérés comme anciens vis-à-vis de l’évolution du bitcoin depuis ces dernières années.). 

Après de savoir si une crypto-monnaies est un actif digitales ou une monnaie, tant qu’elle possède cette notion d’Al-Mal rien ne la rend illicite mais dans certains cas et c’est ce qu’on va voir il y a certains points à vérifier lorsqu’on veut investir dedans. 

Comment investir dedans ?

1. Acheter dans un échange  

Le premier est tout simplement d’acheter les cryptos dans un échange dont le plus utilisé est Binance (et celui que j’utilise). On a aussi Kraken, Bitfinex et encore pleins d’autres. 

Même s’il vaut mieux avoir un compte non pas dans un seul échange mais dans plusieurs pour optimiser ses frais lorsqu’on commence à faire de plus en plus de transactions dans les cryptos. 

Le trading de bitcoin est licite à la condition que vous élaboriez une vraie stratégie d’ou l’importance de lire le livre blanc de s’informer sur l’écosystème et non sur les bases de la spéculation. 

L’élaboration d’une stratégie de trading nécessite un vrai travail, ce qui réduit les risques de pertes mais aussi de vraiment savoir dans quoi vous investissez plutôt qu’un jeu de hasard. 

Il faut que la transaction contient Al-Mal, ce qui rend de ce fait le trading sur marge, via des options ou à effet de levier interdit

2. Le minage 

Il existe deux façon principales de miner via la preuve de travail (proof of work – POW) et la preuve d’enjeu (proof of stake – POS). 

Le fait de miner une cryptomonnaie consiste à fournir un service au réseau de ladite monnaie en échange d’une récompense pécuniaire. 

Pour faire simple, le mineur est celui qui valide les transactions. Et lorsqu’il valide la transaction il est récompensé en recevant une partie de la crypto-monnaie pour le récompenser de son travail. 

Par exemple, aujourd’hui lorsqu’on valide une transaction de bitcoin, le mineur gagne 6,25 bitcoin (montant qui change après chaque halving tous les 210 000 bloc ou environ tous les 4 ans). Après il faut savoir qu’il est maintenant très difficile et parfois pas forcément profitable de miner. Surtout dans des endroits où l’électricité est chère. C’est pourquoi renseignez vous bien avant d’investir dedans. 

3. Investissement passif 

Le concept est simple, tout comme l’achat d’une action en bourse, ici on achète le token d’une crypto en question et on garde sa position pour le long terme pour par la suite toucher des dividendes. Pareil cela est licite tant que le projet ou vous investissez est lui aussi licite.

Ah oui, important de ne pas confondre avec le  Yield Farming 

Le Yield Farming est une activité que l’on retrouve dans la finance décentralisée (DeFi). L’idée de base est de déposer ses crypto-monnaies dans un fonds de liquidité pour que des personnes puissent les emprunter et en retour vous toucher un intérêt dessus. 

Pas besoin de grande explication, l’intérêt que vous recevez équivaut à riba ce qui est non permis. Je parle bien du concept de Yield Farming et non de la finance décentralisée qui sera le sujet d’un autre article. 

4. IEO / ICO  

Finalement l’un des derniers moyens les plus populaires de participer au monde de la crypto est via un Initial Exchange Offering ou Initial Coins Offering. 

Les deux sont la même chose à la différence que l’IEO n’est possible que dans des plateformes d’échanges. Cela équivaut à une levée de fonds ou une entreprise qui cherche des financements émets des jetons que les particuliers vont acheter. Pareil cela est permis tant que le projet dont vous investissez l’est. Après comme toujours faire un maximum de recherche car on connaît encore soit des escroqueries ou des projets qui ne survivent pas. 

Conclusion 

Bref, on sait que le bitcoin est en train de devenir une valeur refuge au même titre que l’or, de nouveau type d’investissement ont émergé pour permettre a de plus en plus de particulier de pouvoir s’enrichir de manière alternative, on a compris mais ce qu’on ne dit pas et qu’il est important de savoir est que la blockchain permet d’apporter un impact positif dans notre monde. 

Quelles est l’impact positif ? 

1. La lutte contre la pauvreté. 

Dans plusieurs zones du monde, l’accès aux services financiers de base est un obstacle important à la lutte contre la pauvreté. Même si certains pays se sont tournés sur des services mobiles pour leurs besoins financiers, cela est encore très coûteux alors que les crypto-monnaies permettent de réduire les frais que ce soit localement ou cross-frontière. 

2. Investissement d’impact.  

Que ce soit dû à sa plus grande transparence, une meilleure traçabilité, une rapidité des transactions ou encore une réduction des coûts. Ces caractéristiques apportent une réelle valeur ajoutée dans le contexte de l’investissement d’impact dont je vous parlerai dans un prochain article. 

Voila j’ai essayer de faire le tour du monde de la blockchain dont repose le Bitcoin. D’ailleurs, si vous trouvez des incohérences dans ce que je vous ai dit, n’hésitez pas à le mettre en commentaire pour faire partager la communauté. 

Comme d’habitude, tout ce que je vous raconte dans cette vidéo n’est que mon avis acquis lors de mes recherches sur ce sujet et de ce que disent les savants. Ce n’est pas un conseil en investissement, faites vos propres recherches. 

D’ici la, abonnez-vous et surtout prenez soin de vous. Salam les investisseurs impactant. 

Source: 

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Toumi
Toumi
1 année il y a

Salam aaleykoum. Et en ce qui concerne les intérêts composés ? Merci d’avance ?